MacBook Pro 15 pouces

MacBook Pro 15 pouces

La station de travail (trans)portable

Le MacBook Pro 15 pouces est le vaisseau amiral de la flotte d’Apple, une machine aussi puissante que chère. Si le MacBook Pro 13 pouces est une frégate, alors le MacBook Pro 15 pouces est un croiseur, prêt à affronter les tâches les plus complexes. C’est le seul ordinateur portable de la gamme d’Apple doté d’un processeur hexacœur et d’une carte graphique dédiée, et l’une des rares machines du genre qui ait été conçue pour les professionnels plutôt que pour les gamers.

Les points forts du MacBook Pro 15 pouces

Une station de travail transportable. Le MacBook Pro 15 pouces est une machine puissante, très puissante, très très puissante. C’est le seul Mac portable doté d’un processeur hexacœur, dont la fréquence dépasse 4 GHz de manière ponctuelle grâce au Turbo Boost. Voilà qui rapproche le MacBook Pro 15 pouces de l’iMac — un ordinateur de bureau ! Mais contrairement aux processeurs Intel Core i5 de l’iMac, les processeurs Intel Core i7 du MacBook Pro 15 pouces prennent en charge la fonction Hyper-Threading, qui « transforme » les six cœurs physiques en douze cœurs logiques1.

Une carte graphique dédiée. Autre caractéristique faisant du MacBook Pro 15 pouces un « iMac portable » plutôt qu’un « grand MacBook Pro 13 pouces » : il possède une carte graphique dédiée2. Si les Mac n’ont jamais eu les meilleurs composants graphiques, le MacBook Pro 15 pouces embarque ce qu’il se fait de mieux en matière de puces mobiles, c’est-à-dire une ADM Radeon Pro 555X ou 560 X. Ainsi armé, c’est le seul Mac portable adapté à la conception 3D et à la production de contenus en réalité augmentée ou réalité virtuelle3.

Les meilleurs composants disponibles. Le MacBook Pro 15 pouces intègre le nec plus ultra des composants informatiques. Son écran Retina de 15 pouces prend en charge l’espace colorimétrique DCI-P34 et atteint 500 nits de luminance. Les touches de son clavier, qui possèdent des mécanismes « papillon » de troisième génération, sont rétroéclairées individuellement, et son trackpad Force Touch est immense. Grâce à ses quatre ports Thunderbolt 3, les systèmes de stockage externe peuvent enfin être aussi rapides que le SSD PCIe interne, capable de débits supérieurs à 3 Go/s (!).

Touch Bar et Touch ID. Enfin, le MacBook Pro 15 pouces possède une grande Touch Bar, une bande tactile prenant la place des touches de fonction, dont le contenu s’adapte en fonction de l’application utilisée. Alors que son intérêt est parfois limité dans des applications triviales comme Safari ou Mail, elle se révèle dans les applications professionnelles qu’un utilisateur de MacBook Pro 15 pouces est susceptible d’utiliser, comme Final Cut ou Logic. Pour ne rien gâcher, la Touch Bar intègre un capteur d’empreintes digitales Touch ID, qui permet de s’identifier et de payer en ligne avec Apple Pay du bout du doigt.

Les points faibles du MacBook Pro 15 pouces

Une autonomie moyenne. L’autonomie du MacBook Pro 15 pouces dépasse 7 h 30. Ce n’est pas mal, mais il y a quelques années, de telles machines pouvaient tenir plus de 9 h sur une charge. Est-ce un problème ? En théorie, peut-être. En pratique toutefois, l’autonomie importe plus sur une machine ultraportable comme le MacBook que sur une machine seulement transportable comme le MacBook Pro 15 pouces. Car c’est bien une machine « transportable » : une majorité de ses utilisateurs la traite comme un ordinateur de bureau que l’on peut déplacer plutôt que comme un ordinateur portable faisant office de station de travail5.

Un prix à la hauteur des performances. Le MacBook Pro 15 pouces est cher, très cher, très très cher. Son prix, de 2 799 € pour le modèle d’entrée de gamme à 7 959 € pour le modèle toutes options, n’est pas tout à fait injustifié eût égard à sa puissance et son perfectionnement. Sauf qu’il y a quelques années, la machine équivalente coûtait 2 499 €. L’inflation et le cours des devises n’expliquent pas cette hausse des prix : le fait est que l’iPad a « poussé » le MacBook vers le haut, qui a lui-même poussé les MacBook Pro6. Conclusion : il est devenu plus difficile d’amortir l’achat d’un MacBook Pro 15 pouces, plus encore si l’on inclut le prix des accessoires permettant de conserver ses anciens périphériques.

Quel MacBook Pro 15 pouces choisir ?

Avant même de vous décider pour un modèle de MacBook Pro 15 pouces plutôt qu’un autre, vous devez d’abord vous décider… pour le MacBook Pro 15 pouces. D’autres machines peuvent marcher sur ses plates-bandes, comme le MacBook Pro 13 pouces ou l’iMac. Le cas du MacBook Pro 13 pouces est vite réglé : avec un processeur bicœur et sans carte graphique dédiée, il est nettement moins puissant que le MacBook Pro 15 pouces, et s’effondrera sous le poids des workflows de montage vidéo 4K exigeants7 ou de création de contenus 3D ou AR/VR.

Le cas de l’iMac est plus subtil : ce n’est certes pas un ordinateur portable, mais il offre un niveau similaire (voire supérieur) de prestations, pour un prix inférieur. Réfléchissez à vos besoins : si vous pensez que votre MacBook Pro 15 pouces restera branché à un écran 364 jours par an, mieux vaut peut-être regarder du côté de l’iMac, et envisager l’acquisition d’un MacBook ou d’un iPad de complément. Si vous avez besoin d’une station de travail sur le terrain, ou passez votre temps à travailler dans le train ou dans l’avion, le MacBook Pro 15 pouces s’impose tout naturellement.

Apple propose deux configurations bien distinctes. La première, à 2 799 €, possède un processeur Intel Core i7-8750H à 2,2 GHz, une carte graphique AMD Radeon Pro 555X avec 4 Go de mémoire, et un SSD de 256 Go. La deuxième, à 3 299 €, possède un processeur Intel Core i7-8850H à 2,6 GHz, une carte graphique AMD Radeon Pro 560X avec 4 Go de mémoire, et un SSD de 512 Go. Les deux possèdent 16 Go de RAM, avec une option pour passer à 32 Go de RAM, et sont déclinées dans deux couleurs, l’« argent » traditionnel et le « gris sidéral » plus foncé.

Est-ce qu’un prix supérieur de 18 % offre des performances supérieures de 18 % ? C’est difficile à dire : à cette échelle, une augmentation de 100 MHz de la fréquence du processeur n’améliore les performances que de 4 à 5 %. Quelques secondes par-ci, quelques secondes par-là, et le surcoût de la configuration à 2,9 GHz peut être rentabilisé sur quelques années, mais les différences sont plus sensibles sur la partie graphique. La Radeon Pro 560X est un net cran au-dessus de la carte AMD Radeon Pro 555X, et justifie totalement le surcoût.

Cela étant dit, même si les applications que vous utilisez reposent essentiellement sur la carte graphique, ne vous jetez pas trop vite sur le modèle haut de gamme. Le modèle d’entrée de gamme peut aussi être équipé d’une carte AMD Radeon Pro 560X : ajoutez un SSD de 512 Go, et vous économiserez 140 € sur le modèle haut de gamme, sans beaucoup perdre en performances.

Si l’argent est un critère moins important que les performances, considérez le processeur Intel Core i9-8950HK à 2,9 GHz optionnel, un monstre de puissance que le châssis très fin du MacBook Pro 15 pouces peine à contenir. Nous n’avons pas encore testé les modèles équipés de la carte AMD Radeon Pro Vega 16 ou 20 en option. Ce guide sera mis à jour dès que nous l’aurons fait.

Pour vous aider à vous décider, n’hésitez pas à consulter :

Où acheter un MacBook Pro 15 pouces neuf ?

Le MacBook Pro 15 pouces est disponible à partir de 2 799 € sur le site d’Apple. Si vous pouvez vous contenter des configurations de série, vous le trouverez moins cher ailleurs, notamment chez Amazon.

Acheter un MacBook Pro 15 pouces d’occasion ?

Apple propose régulièrement des MacBook Pro 15 pouces « reconditionnés à neuf » à partir de 2 269 €. Le prix des MacBook Pro 15 pouces varie énormément sur le marché de l’occasion, en fonction de la configuration et de la saison, mais baisse généralement rapidement la première année, avant de se stabiliser8. Guidés par des « argus » dysfonctionnels, certains vendeurs affichent des prix supérieurs à ceux des machines reconditionnées. N’hésitez donc pas à marchander en pointant du doigt cette aberration.

À l’heure du choix, privilégiez les modèles compatibles avec la dernière version du système, macOS Mojave :

  • MacBook Pro 15 pouces 2017 ;
  • MacBook Pro 15 pouces 2016 ;
  • MacBook Pro 15 pouces Retina mi-2015 ;
  • MacBook Pro 15 pouces Retina mi-2014 ;
  • MacBook Pro 15 pouces Retina fin 2013 ;
  • MacBook Pro 15 pouces Retina début 2013 ;
  • MacBook Pro 15 pouces Retina mi-2012.

Cela étant dit, toutes les machines de cette liste ne se valent pas. Les MacBook Pro 15 pouces Retina mi-2012 à mi-2015 sont des machines de « troisième génération » qui possèdent un écran Retina, mais ne sont pas aussi fines et légères que les machines de l’actuelle « quatrième génération », et possèdent un assortiment d’anciens ports.

Les accessoires du MacBook Pro 15 pouces

Quelques accessoires facilitent grandement l’utilisation du MacBook Pro 15 pouces :

Si vous pensez avoir besoin de ces trois accessoires à la fois, n’en achetez aucun, et achetez plutôt une station d’accueil. La station d’accueil Thunderbolt 3 Express Dock HD de Belkin, par exemple, apporte alimentation, affichage sur deux écrans 4K ou un écran 5K, réseau Ethernet Gigabit, entrée et sortie audio, et transfert sur des périphériques USB et Thunderbolt au MacBook Pro 15 pouces. Le tout avec un seul câble Thunderbolt 3.

Pour connaître les accessoires incontournables, consultez la section « Quels accessoires acheter ? » de ce guide.


  1. Quelques applications professionnelles, notamment celles conçues par Apple, sont capables de distribuer les calculs sur un grand nombre de cœurs. Elles restent rares, toutefois, et la fréquence du processeur (le nombre d’opérations qu’il peut réaliser chaque seconde) n’a rien perdu de son importance. L’iMac 27 pouces reste donc globalement plus puissant que le MacBook Pro 15 pouces : son processeur quadricœur ne possède pas la fonction Hyper-Threading, mais il est cadencé à 3,8 GHz, et n’est pas limité par les mêmes contraintes thermiques et énergétiques que celui du MacBook Pro 15 pouces. [return]
  2. Le MacBook Pro 15 pouces possède aussi un circuit graphique intégré Intel HD Graphics 630. Le système passe de la puce intégrée à la carte dédiée en fonction des besoins : la puce intégrée est moins puissante mais moins dispendieuse, la carte dédiée est plus puissante mais plus gourmande. [return]
  3. Le seul aussi capable de faire tourner les jeux récents entre 40 et 60 i/s en pleine qualité à 1080 p, mais ce n’est pas sans doute pas la meilleure raison d’acheter un MacBook Pro 15 pouces. [return]
  4. Ainsi que le codage des couleurs sur 10 bits. Les pixels d’un écran sont défini par quatre *bytes* : le byte A code la transparence (alpha), R le rouge (red), G le vert (green), et enfin B le bleu (blue). Sur un écran 8 bits, ces bytes contiennent… huit bits. Un bit ne pouvant posséder que deux valeurs, 0 ou 1, huit bits permettent de représenter 2^8^ soit 256 valeurs. La transparence n’étant utilisée qu’au calcul, un écran 8 bits peut donc afficher 256x256x256 soit 16,8 millions de couleurs. Répétez le même calcul avec des bytes de 10 bits, qui peuvent représenter 2^10^ soit 1 024 valeurs, et vous comprendrez qu’un écran 10 bits peut afficher plus d’un milliard de couleurs. À quoi cela sert ? À représenter beaucoup plus précisément des nuances très subtiles, comme les infimes variations de bleu dans l’étendue d’un ciel, de vert sur une feuille, de rouge sur l’aile d’un papillon… Or les appareils photo et les caméras professionnelles peuvent enregistrer des images en 10, 12, 14, voire 16 bits. Affichez-les sur un écran 8 bits, et les dégradés les plus subtils prendront la forme de bandes aplaties, un effet particulièrement visible dans les ciels très saturés. Parce qu’ils sont capables d’afficher un plus grand nombre de couleurs, les écrans 10 bits limitent ce phénomène de banding. [return]
  5. Et non, ce n’est pas une estimation au doigt mouillé, mais le résultat d’un sondage réalisé par Apple dont j’ai pu me procurer les résultats. [return]
  6. Cette augmentation des prix n’est pas tout à fait vaine. En effet, le bénéfice réalisé par Apple sur chaque vente de Mac n’a pas énormément augmenté ces dernières années, ce qui signifie que cette augmentation sert surtout à financer des composants de plus en plus perfectionnés (comme le nouveau châssis monocorps, l’écran Retina DCI-P3, les touches rétroéclairées individuellement, la Touch Bar, ou encore la carte graphique de la gamme supérieure). [return]
  7. Fichiers 4K non compressés ou 4 K HDR, sans parler des fichiers 5K ou 8K. [return]
  8. Tout l’intérêt de ces machines résidant dans leur puissance brute, il faut tenir compte d’une « prime à la fraîcheur » pour évaluer leur valeur. La valeur des modèles d’une génération n baisse fortement après la présentation d’une génération  n+1, parfois de plusieurs centaines d’euros sur les modèles les moins puissants. Elle baisse plus régulièrement ensuite, indépendamment de la présentation de générations  n+2 ou n+3, la tenue de ces machines dans le temps devenant alors plus importante que leur puissance brute à un instant t. Cela explique les prix des MacBook Pro 15 pouces restent assez haut après plusieurs années, alors que ceux des MacBook et des MacBook Pro 13 pouces baissent plus rapidement. [return]