Faut-il prendre des options ?

Faut-il prendre des options ?

Vous vous demandez sans doute si les options proposées par Apple valent bien le coup. Et vous vous demandez probablement si ces options valent bien leur coût. La réponse, comme souvent, est… « cela dépend ». Cela dépend de la machine, cela dépend du type d’option, cela dépend de vos besoins.

Cette section comporte des remarques générales portant sur l’ensemble de la gamme d’Apple. Reportez-vous aux fiches des différentes machines pour plus de détails.

Processeur

Le choix du processeur est d’autant plus important que ce composant peut représenter jusqu’à 16 % du prix total d’un Mac. Or le retour sur cet investissement varie fortement selon les machines : si l’option Intel Core i7-7Y75 augmente les performances du MacBook de 20 % pour un surcoût du même ordre, l’option Intel Core i7-7567U augmente les performances du MacBoook Pro 13 pouces avec Touch Bar de 9 % pour un surcoût de 18 %, et l’option Intel Core i7-7920HQ augmente les performances du MacBook Pro 15 pouces de 9 % pour un surcoût de 12 %.

Processeur
Image Intel.

Le seul rapport prix/performances ne suffit d’ailleurs pas à juger de l’intérêt de cette option. Il est optimal dans le cas du MacBook, mais ses potentiels acheteurs sans à la recherche de la machine la plus portable. L’option Intel Core i7-7Y75 grève l’autonomie de manière assez sensible, et peut faire la différence entre une journée passée à taper et une journée passée à chercher une prise de courant. Il est moins favorable dans le cas du MacBook Pro 15 pouces, mais ses potentiels acheteurs sont à la recherche de la machine la plus puissante. L’option Intel Core i7-7920HQ est comparativement plus chère, mais les secondes qu’elle permet de gagner dans telle ou telle application se transforment en journées sur plusieurs années d’utilisation, et donc en centaines ou milliers d’euros de temps économisé.

Dans le doute, abstenez-vous. Si vous n’avez pas l’œil sur le chronomètre, si vous n’avez pas absolument besoin de la machine la plus puissante que vous puissiez trouver, vous ne devriez probablement pas dépenser plusieurs centaines d’euros dans un processeur. Le surcoût est important, les gains le sont moins. Ces options peuvent faire la différence dans un cadre professionnel où chaque seconde de travail compte, ils ne la feront pas dans un cadre domestique où d’autres options auront un effet plus tangible.

Carte graphique

Il est difficile de calculer le rapport prix/performances des cartes graphiques optionnelles : les performances varient nettement selon les usages, les cartes graphiques pouvant être utilisées pour des opérations purement graphiques (jeu, décodage vidéo, 3D, AR/VR…) ou plus génériques (GPGPU : exportation, calcul mathématique…). Les choses sont toutefois facilitées par le découpage de la gamme : Apple ne propose plus d’option qui ne corresponde pas à un modèle de série, et toutes les configurations peuvent donc être testées dans une boutique Apple ou chez le revendeur du coin.

Carte graphique
Image AMD.

Si les applications que vous utilisez sont accompagnées d’utilitaires de test, copiez-les sur une clef USB, et demandez l’autorisation de les utiliser sur les machines de la boutique locale. Vous aurez une idée des gains auxquels vous pouvez vous attendre en passant d’une carte à une autre, et pourrez calculer la rentabilité des diverses options. Renseignez-vous sinon dans les forums d’utilisateurs de ces applications, voire auprès de leur développeur ou de leur éditeur, qui sauront mieux vous guider que je ne pourrais le faire.

Mémoire

Apple est fameuse — infâmeuse, diraient certains — pour les tarifs délirants auxquels elle prétend vendre de la mémoire. Prenez l’iMac Retina 5K : vous devrez payer 720 € pour passer à 32 Go à la commande, voire 1 680 € pour passer à 64 Go. À ceci près que les barrettes qui seront installées par Apple, fabriquées par Micron, sont disponibles dans le commerce sous la marque Crucial… pour 280 € les 32 Go et 560 € les 64 Go. Comme vous pouvez installer vos propres barrettes, autant les acheter séparément et économiser quelques centaines d’euros.

Comme tous les autres Mac utilisent des puces de mémoire soudées sur la carte-mère, à l’exception du Mac Pro, la question du prix ne se pose pas. Seule reste la question de l’utilité. Contrairement à ce que l’on peut parfois lire, la dotation standard de 8 Go suffit largement à faire tourner le système et les applications intégrées de manière très confortable, sans que l’on puisse constater de gros ralentissements dans la plupart des usages.

Mémoire RAM
Image Crucial.

Le manque de mémoire physique entraîne l’utilisation d’une mémoire swap, une extension logicielle de la mémoire placée sur le disque système. Les machines équipées d’un disque dur sont particulièrement sensibles au swapping : alors que les mémoires RAM peuvent transférer des données à plus de 12 et jusqu’à 19 Go/s, les disques durs les plus rapides dépassent à peine 100 Mo/s. Or la plupart des Mac, dont l’ensemble des portables, sont désormais équipés de SSD très rapides, capables de débits atteignant 3 Go/s.

Et puis il est plus difficile de saturer la mémoire et donc de solliciter la mémoire swap : Apple a énormément optimisé les bases du système pour les appareils mobiles et les ordinateurs portables1. Le problème du swapping n’a pas complètement disparu, mais il est beaucoup moins gênant au quotidien. Sans complètement oublier ce « scénario du pire », il vaut mieux se concentrer sur un « scénario concret », celui d’une utilisation quotidienne de votre Mac.

Si vous passez votre temps dans trois onglets de Safari et deux fenêtres de Mail, vous n’avez probablement aucun intérêt à dépenser des centaines d’euros dans une plus grande dotation en RAM. Tripler la dotation en RAM d’un iMac Retina 5K augmente les performances globales d’environ… 1,75 %. Mais passer de 8 à 32 Go, c’est libérer une application comme Logic, particulièrement friande de mémoire. Sans parler d’applications de création, un développeur web ouvrant des dizaines d’onglets ou un rédacteur écrivant des centaines de pages bénéficient d’une plus grande dotation en RAM.

Vous ne savez pas estimer vos besoins ? Ouvrez l’onglet Mémoire du Moniteur d’activité2, mettez-le dans un coin de votre écran, et travaillez normalement pendant quelques heures. Gardez un œil sur le graphique Pression sur la mémoire : s’il passe régulièrement au rouge, c’est que votre machine actuelle manque de mémoire, et que votre prochaine machine devrait probablement en posséder plus3.

Bien sûr, vos besoins actuels ne préjugent pas de vos besoins futurs, et si le système est toujours plus optimisé, les applications et surtout le web sont toujours plus gourmandes. Si votre budget le permet, il n’est pas tout à fait farfelu de passer de 8 à 16 Go par acquit de conscience, pour garder sa machine le plus longtemps possible… ou la revendre un peu plus cher. Mais, encore une fois, ce n’est pas absolument nécessaire4.

Stockage

Les MacBook possèdent des SSD très rapides (jusqu’à 1,6 Go/s), et les MacBook Pro des SSD extrêmement rapides (jusqu’à 3 Go/s). Le choix se résume donc à la capacité : tout dépend de vos besoins, qui ont peut-être diminué si vous utilisez une offre de stockage le nuage, des systèmes comme la photothèque iCloud ou iCloud Drive supprimant la copie locale des fichiers lorsque l’espace vient à manquer. Consultez l’onglet Stockage de la fenêtre « À propos de ce Mac »5 pour juger de vos besoins actuels.

SSD
Image Apple.

Les choses sont un peu plus compliquées si vous achetez un Mac mini ou un iMac : certains modèles embarquent un disque dur, d’autres un Fusion Drive, et des SSD sont disponibles en option. Les iMac 27 pouces sont désormais dotés d’un Fusion Drive, qui allie la capacité d’un disque dur à la vitesse d’un SSD, un bon compromis à un prix raisonnable. Les Mac mini et iMac 21,5 pouces doivent toujours se contenter d’un disque dur, et d’un disque dur plutôt lent, pour ne rien arranger.

Si vous ne pouvez prendre qu’une seule option, prenez l’option Fusion Drive : aucun autre facteur ne limite l’agrément d’utilisation qu’un disque dur poussif. Un processeur plus rapide de 100 MHz ou 8 Go de RAM supplémentaires ne transfigureront pas l’utilisation d’un iMac 21,5 pouces ; un Fusion Drive, oui. Le SSD « pur » est plus rapide, mais il est beaucoup plus cher, pour une capacité moindre. C’est un confort suprême, mais un confort qui se paye.

Clavier, souris, et trackpad

Le Mac mini et le Mac Pro sont livrés sans clavier ni dispositif de pointage, mais vous pouvez en ajouter à la commande, sans rabais particulier sur leur prix ordinaire. Les iMac, eux, sont fournis avec un Magic Keyboard et une Magic Mouse 2. Vous pouvez échanger le Magic Keyboard contre un Magic Keyboard avec pavé numérique pour 30 € supplémentaires, échanger la Magic Mouse 2 contre un Magic Trackpad 2 pour 60 € supplémentaires, ou ajouter un Magic Trackpad 2 à la Magic Mouse 2 pour 149 €.

Magic Keyboard
Image Apple.

Le clavier fourni avec les iMac, comme les claviers intégrés aux Mac portables, utilise l’arrangement en vigueur dans le pays dans lequel vous passez commande6. Il est toutefois possible de changer la langue du clavier à la commande : les claviers QWERTZ suisse et allemand, QWERTY anglais britannique, QWERTY européens, turc en F, russe, ou QWERTY américain, sont disponibles en France, mais pas le clavier canadien multilingue. Ces claviers sont normalement disponibles dans les grandes boutiques Apple, et celles des grandes villes touristiques proposent même des MacBook et MacBook Pro à clavier QWERTY.


  1. La mémoire vive doit être constamment alimentée : plus la quantité de mémoire est grande, plus la consommation de la mémoire est grande. L’iPhone ne possède pas moins de mémoire que la plupart des appareils mobiles parce qu’Apple est radine (même si elle n’est pas devenue la société la plus riche du monde par hasard). Il possède moins de mémoire que la plupart des appareils Android parce qu’iOS a été conçu pour demander le moins de mémoire possible, de manière à grever l’autonomie le moins possible. La même logique s’applique aux Mac portables, qui représentent, rappelons-le, l’écrasante majorité des ventes de Mac. [return]
  2. Qui se trouve dans le dossier /Applications/Utilitaires. [return]
  3. Ne soyez pas obsédés par les chiffres d’utilisation de la mémoire : faites exactement la même chose sur une machine dotée de 8 Go de RAM et une machine dotée de 16 Go de RAM, et plus de mémoire sera utilisée sur la deuxième que sur la première, sans différence sensible de rapidité. Le système met en cache et compresse la mémoire en fonction de la situation, et c’est sa capacité à le faire dans de bonnes conditions (la « pression sur la mémoire ») qui compte plus que l’ampleur des opérations. [return]
  4. J’écris des articles et des livres, je code des sites web et des applications, je réalise des analyses mathématiques, je développe des photos, j’enregistre et monte des podcasts, tout en laissant tourner Safari avec des dizaines d’onglets et Mail avec des milliers de courriers en permanence, sur une machine dotée de « seulement » 8 Go de RAM. Et je vais très bien. [return]
  5. Que vous pouvez trouver dans le menu , en haut à gauche de votre écran. [return]
  6. AZERTY en France, en Belgique francophone, et au Luxembourg francophone ; QWERTZ en Suisse ; QWERTY canadien multilingue standard au Canada. [return]